Deux églises dans un même village, est ce pour autant que les habitants soient plus pratiquants qu'ailleurs ?

La commune en bref : Canton de Coussey. Nombre d'habitants au recensement de 1999 : 253 h. Superficie communale : 730 ha de superficie dont 120 h forêt communale détruite à 50% en 19Tissier99. Nom des habitants : les Monticeliens. Nom du maire : Frédéric Tissier, élu en 2001, conseiller depuis 1995, Nombre de conseillers municipaux : 11. Saint ValèreSecrétariat de mairie ouvert le lundi de 9 h à 12 h et le vendredi de 17 h à 19 h 30. Secrétaire de mairie : Valérie Mazelin. N° de téléphone de la mairie : 03 29 06 83 14. Associations du village : « Arts couleurs volumes », « les Sonneurs », l’association des chasseurs, l’association du Mont Julian, le GIC du Mont Julian. Les enfants vont au regroupement scolaire de Soulosse sous Saint Elophe, à Coussey, Domremy et Maxey.
Moncel un village aux deux églises 

Village rue, fusion de deux communes, Moncel sur Vair est un village calme situé à flanc de côteau. Moncel sur Vair

 Là se termine le Vair qui se jette dans la Meuse. Le village, aux deux églises doit cette particularité à la fusion des communes réalisée en 1964, comme nombre de communes avoisinantes. Une fusion réussie car ici, contrairement au village voisin, les habitants se reconnaissent de Moncel sur Vair, la nouvelle dénomination. Un choix qui s’était porté sur le village disparu, situé sur la hauteur. Un village agricole, qui abrite sous son aile nombre de salariés qui travaillent principalement à Neufchâteau, mais aussi à Nancy. Un havre de paix pour se ressourcer. Un village accueillant, un village rue qui s’étale de part et d’autre du pont, bichonné par les municipalités successives. Le lotissement créé vers Coussey aura permis d’éviter l’exode rural et depuis 1962 sa démographie progresse régulièrement. De 161 habitants en 1962, le village au dernier recensement devrait passer les 250 âmes. « Avec une moyenne d’âge plutôt jeune » confirme Frédéric Tissier, maire du village qui est fier des réalisations communales depuis son mandat. Un village dont le patrimoine bâti est mis en valeur, à tout le moins entretenu. Malgré des recettes budgétaires plutôt minces. « Nous n’avons aucun emprunts en cours malgré tout » explique Frédérix qui a fait restauré ses deux église, le calvaire, et a encore de nombreux projets en cours ou à venir. Plutôt discrète, la municipalité n’en a pas moins engagé de gros moyens financiers pour restaurer son patrimoine. Le logement communal aura aussi subit un lifting, sans oublier les murs des deux cimetières qui ont également été refaits, pour n’oublier personne.

Mais le poste, objet de toutes les attentions du village, c’est son captage qui alimente une partie du village. La commune est alimentée par une source de capillarité, captée pour les deux tiers de la commune, le tiers suivant, le lotissement construit sur la route de Coussey, étant alimenté par le chef lieu de canton. Une réalisation qui pemet la complémentarité en cas d’étiage. Mais la protection du captage, sa remise aux normes, et toutes les études qui allaient avec ont laissé une ardoise conséquente pour le budget communal « environ un million de francs » dira Frédéric qui préfère parler en francs.  Des factures étalées sur dix ans, comme le temps pris pour réaliser cette amélioration de l’eau de source du village qui a fait l’objet aussi d’un périmètre de protection. Il faut dire qu’au village les associations proches de la nature veillent au grain. Entre l’association du club de marche et celle des Sonneurs, un club nature, il vaut mieux faire attention à l’environnement et le protéger !
L’église de Gouécourt L église de GouécourtQuand on demande au maire de la commune quel patrimoine le fait craquer dans sa localité, il nous répond tout de go « l’église de Gouécourt ». C’est vrai que c’est un vrai petit bijou qui vient d’être restauré par sa municipalité qui a enlevé la sacristie disgracieuse qui avait été accolé au mur qui donnait sur la rue principale et lui a redonné un cachet originel. Un édifice curieux dont on peut relever trois styles d’architecture différents. Mais surtout, imposante de l’extérieur, dès lors qu’on en franchit le seuil, elle semble faite d’une allée centrale qui se termine sur un maître autel classé à l’inventaire des monuments historiques, pour lequel la municipalité a aussi un projet de rénovation. Une allée flanquée de deux petits autels de chaque côté avant le chœur, comme si la place manquait. Au cheour, un bel autel en bois polychrome sans doute du XVIIIe. Une curieuse construction dont la tour romane au milieu pourrait avoir été remaniée en 1453 comme l’indique la date marquée dans la pierre. le maître autelDeux autres ensembles semblent également reconstruits de part et d’autre de cette tour, mais à des périodes différentes. La nef, de style gothique et d’autre part une construction dont le plafond de style bâteau, évoque une autre période plus récente. Une petite merveille qui récèle aussi une statuaire très intéressante avec Sainte Catherine, sainte Jeanne d’Arc, mais aussi des saints Antoine, Joseph, Thérèse de l’Enfant Jésus… Les fonts baptismaux sont remarquables, situé en plein milieu du chœur est sculpté de fleurs de lys et semble du XVIIIe. Une des deux églises du village.  

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site