Un prélat, une coiffeuse, un retraité…hommes ou femmes, ils sont treize à taper sur la pierre pour y sortir une œuvre de leur inspiration.

Pendant une semaine des retraités, des actifs et même pour certains, leurs enfants, sont réunis autour d'une passion, ou plutôt d'une action, celle de sculpter dans la pierre. Un groupe entièrement disparate, « intéressant, dynamique », issu de toute la France. Jean Pierre vient de Strasbourg, il est entrain de sculpter une Marie Madeleine. « parce que c'est le père Jean Pierre, un prélat » se marre Dominique leur animateur. On ne saura pas si c'est la vérité ou si c'est une mise en boîte. Car tout le monde a un rythme de vie dans la bonne humeur. C'est le fou rire général ! « Attention, ils ne racontent que des bêtises » prévient tout de go Claude, une régionale de l'étape puisqu'elle vient de Metz et sort de son bloc de pierre un chat assis… « Mais non c'est un cochon ! » s'amuse son voisin, André qui vient de Versailles, mais est d'origine lorraine. André qui a choisi un morceau de choix, tant par la taille que par la forme, essayant de sortir de la pierre une femme. André, heureux de se retrouver dans sa région d'origine, certes, mais surtout heureux, comme tous les « stagiaires » de se retrouver dans un lieu historique. Ensemble, Sergio de Metz, qui tire une femme couchée, Gérard de Nancy qui aime beaucoup le dessin et sort une étreinte de son bloc, Sophie de Saint Gracien s'active sur une femme assise, en s'inspirant de son modèle en terre, ont également fait une œuvre commune.

Comédien ou comique ?

sculpteurs du fou rire

Ce qui réunit ce groupe n'est pas tant la sculpture que le lieu. « On se retrouve ensemble pour la deuxième année consécutive, mais surtout on découvre un lieu : le château d'Autigny la Tour. Un lieu prestigieux » confie Jack qui vient de Rennes et a sorti de son bloc un buste de Modogliani, qu'il est entrain de cirer. « Pour lui donner de la couleur et une patine » explique Dominique, l'animateur du groupe qui surveille tout son petit monde en s'amusant comme un fou. Singeries, répliques, conseils se succèdent sans queue, ni tête… « mais c'est normal, je suis avant tout comédien » explique le sculpteur d'un art nouveau, celui de la décontraction, du bien être, de la bonne humeur. Une mise en scène autour de la pierre pour le sculpteur de métier -quand même !- qui permet à chacun de s'exprimer. « Je voudrais qu'ils créent des œuvres en laissant courir leur imagination. Qu'ils extirpent de la pierre leur imaginaire en laissant de côté les repères, les modèles… qu'ils partent de l'inconnu, qu'ils prennent des risques…» rêve Dominique qui excelle dans l'animation depuis 25 ans, avec, à ses côtés, pour la logistique, Mireille, « c'est elle qui cherche les lieux, fait les réservations ».

 

 

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×