Déjà les municipales qui commencent ? Bernard Adam une fois de plus dans la tourmente de son conseil municipal !

Denis Coiffier dénonce la gestion du maire

Pourquoi Denis Coiffier n'est pas content ? C'est lui même qui nous le dit dans une lettre ouverte qu'il adresse aussi au maire de Coussey, Bernard Adam.

Il faut dire que la vie n'est pas simple pour le conseil municipal de Coussey. Avec cinq démissions déjà enregistrées -on se souvient de celle de la première adjointe, Christelle Aubertin, qui avait fait couler beaucoup d'encre- le conseil a vu aussi partir pour différentes raisons : Bruno Langard, Christian Perrin (le gendre du maire), et M. Bonnet. De quoi rendre le dialogue encore plus difficile lors des rencontres de l'équipe municipale qui "ne se retrouve la plupart du temps qu'à cinq" dénonce Denis Coiffier, qui semble bien décidé à faire entendre sa voix, même si elle ne représente plus grand poids, dans l'opposition qu'il semble incarner à lui tout seul. "Fort de cette situation qui vous arrange vous vous présentez de manière péremptoire comme le seul directeur des débats et votre manque de concertation avec vos conseillers est flagrant ; mais uniquement vers une seule direction, celle des conseillers susceptibles de vous contredire dans vos décisions. la plupart du temps, vous vous arrogez le droit de désigner d'office un ou une de vos proches collaborateurs pour occuper une fonction déterminée" continue Denis Coiffier qui reproche au maire d'avoir fait élire certains conseillers aux délégations, notamment celle du syndicat d'électrification, "en se servant des pouvoirs que vous allez chercher. Il semble bien que l'emploi du -moi-je- soit une seconde nature qui reflète bien, chez vous, le culte de la personnalité, votre conception du rôle de maire-tribun qui, seul, a tout réalisé" continue Denis Coiffier qui voulait par sa lettre ouverte "faire part de son amertume, ainsi que son profond mécontentement quant à la manière de diriger les débats, et de ce fait, les affaires de la commune" par Bernard Adam.

"M. Coiffier est contre pour être contre"

Pour Bernard Adam, qui nous dit ne pas avoir reçu cette lettre, "le quorum est toujours atteint lors des réunions du conseil municipal. Nous sommes toujours six au minimum sur les onze conseillers encore en exercice. Sinon nous ne pourrions pas faire la réunion". Interrogé sur son autoritarisme, Bernard Adam répond du tac au tac "Denis Coiffier est toujours contre toutes les propositions du maire. il n'a jamais voté pour le budget de la commune", En ce qui concerne le manque de concertation qui lui est reproché, le premier magistrat de la commune réplique "c'est au maire d'amener les propositions, surtout quand le conseiller n'a rien à proposer. Il semble normal aussi que les conseillers de la majorité suivent les propositions du maire".  Quand à la déléguée "proposée" pour representer la commune de Coussey au syndicat d'électrification, "seule Mme Annie Coiffier était disponible pour aller aux réunions qui se déroulent le plus souvent au cours de l'après-mid" continue Bernard Adam qui justifie le courroux de son conseiller municipal d'opposition par "sa défaite lors des dernières municipales, où il n'a pas été élu adjoint". Quand au rôle de "maire-tribun", le maire s'en amuse, "il n'a jamais rien à proposer en place de ce qui ne lui convient pas". Un maire pas du tout perturbé par la situation.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site