Dans toute la Plaine Nord, on constate que là où il n’y a pas d’école le livre a la vie dure. Et que le service, mais aussi les besoins varient selon les structures.

Un tour autour des bibliothèques

 

 

 

Le département est divisé en quatre grands secteurs géographiques. Ici, à Neufchâteau, on est dans le secteur « Plaine Nord ». La responsable de la bibliothèque départementale des Vosges aime rencontrer ses bibliothécaires au moins une fois dans l’année. « Cela permet de faire le point, mais aussi de mieux communiquer et surtout de partager nos craintes, nos espoirs, notre travail » confie Corinne Sonnier. Des bibliothécaires qui sont bénévoles pour la plupart, mais aussi salariées comme à Thaon les Vosges, Mirecourt ou encore Neufchâteau. Des animatrices qui ne connaissent pas les mêmes situations sur le territoire.

 

 

 

Une structure spécifique

 

 

A Maxey sur Meuse et à Attignéville, les responsables des bibliothèques affichent un sourire radieux : elles auront bientôt une structure spécifique pour leur activité lecture. Leur principale clientèle réside chez les jeunes lecteurs, notamment de l’école primaire qui trouve à cet endroit de quoi satisfaire leur passion mais aussi leurs besoins. Une rencontre des plus agréables pour tous au village. En revanche à Mirecourt la salariée s’inquiète en raison des travaux en cours.

 

 

 

A domicile

 

 

Dans les petits villages de Médonville et Rollainville,  les lecteurs sont infimes, mais les bénévoles qui animent la bibliothèque ont trouvé la parade : elles vont porter au domicile de leurs lecteurs les volumes dont elles disposent, connaissant auparavant les goûts de leurs clients, qui sont le plus souvent des personnes âgées. Un lectorat qui s’est amoindri à la fermeture des écoles, constatent les animatrices locales.

 

 

 

Navette

 

 

La bibliothèque départementale de prêt met à la disposition des structures communales qui ouvrent leurs portes au public une navette qui apporte une fois par mois les livres commandés. Le site internet de la bibliothèque permet également de faire des commandes en ligne, avec une réalité sur le fonds d’approvisionnement. De quoi satisfaire plus vite la demande des lecteurs concernés. Mais aussi de pouvoir indiquer aux clients, la bibliothèque la plus proche dans laquelle le livre peut être disponible. Un service qui répond à la demande puisque la même litanie revient sur les livres « les délais d’attente sont trop longs ».

 

 

 

Un fonds de roulement

 

 

Corinne Sonnier encourage toutes les bibliothécaires à prévoir un petit budget pour l’achat des nouveautés très demandées. Une petite somme qui permettra d’établir un fonds propre, mais aussi de pouvoir fournir le dernier Harry Potter sans délai aux lecteurs.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site