Familles Rurales confirme le succès du marché de Noël. Avec plus de place au COSEC, l’association a pourtant du refuser des exposants.

Familles Rurales à l oeuvre« L’an prochain c’est sûr vous pourrez disposer de toute la surface du COSEC » a précisé aux organisateurs, Jacques Drapier, conseiller général maire de Neufchâteau, venu inaugurer le marché de Noël organisé par Familles Rurales. Avec trente cinq exposants sur le tatami de la salle des sports, recouvert pour l’occasion de moquettes, la présidente de Familles Rurales, Ghislaine Delpierre affichait le sourire et la satisfaction totale : « Nous avons du refuser la place à quinze exposants, faute de moquette » confiait cette dernière, à la petite poignée d’invités de l’inauguration. « Un véritable parcours du combattant pour préparer les sols » explique, au bord de l’épuisement, celle qui n’en finit plus d’organiser des manifestations pour son association. « Nous accueillons ici les associations et les produits du terroir, Noël oblige ! ». On trouvait ainsi côte à côte les produits du terroir locaux, les purs jus de fruits, les pains d’épices et les succulentes confitures du couple Piérot de Balléville. Les escargots à toutes les sauces, déclinés même à l’apéritif, voisinaient avec champagne, vins fins et foie gras. De quoi approvisionner les tables au moment des fêtes de fin d’année. Pour le décor l’offre était des plus intéressantes. Fabriqués par des bénévoles passionnés la plupart du temps, de superbes objets de décoration de Noël étaient à emporter pour quelques euros. De quoi alimenter la caisse de la solidarité le plus souvent.

 

Vie t’anime

Vie t animeAssociation destinée à fournir des activités aux malades hospitalisés en rééducation fonctionnelle, « Vie t’anime »fonctionne grâce au dynamisme de Chantal, une infirmière du centre hospitalier de Neufchâteau, reconvertie dans l’animation auprès des personnes handicapées et en soins. Une femme qui a su relever le défi après un accident vasculaire cérébral qui lui a laissé quelques séquelles. Chantal qui intervient aussi comme animatrice auprès des enfants de pédiatrie, est mieux placée que quiconque pour comprendre le besoin de s’occuper les mains et l’esprit, lors des séjours au centre hospitalier. Pour cela elle fait fonctionner son association en réalisant elle-même de nombreux sujets en pâte à sel. Aidée par  Josette Simon, l’une de ses collègues elle était sur le marché de Noël pour engranger quelques euros pour acheter du matériel pour ses protégés.

 

Jésus enraciné

Jésus enraciné en LorraineAutre curiosité relevée sur le marché de Noël de familles Rurales, les crèches d’un habitant de Velle sur Moselle (54). L’enseignant d’une école d’enfants handicapés de Flavigny passe les derniers mois de l’année à mettre le petit Jésus en crèche. Si le vrai Jésus est né dans une étable de Bethléem, les petits Jésus de Jean Thiébaut naissent dans des racines de bois morts en Lorraine. Une matière choisie par sa dureté et sa solidité. Dès le mois de septembre l’enseignant arpente les bois autour de chez lui pour y ramasser des racines toutes biscornues. Avec parfois quelques montées d’adrénaline : « Il y a seulement trois semaines de cela,  je me suis perdu dans la forêt. J’ai eu une sacrée pétoche ! », rigole plutôt jaune l’auteur de « Jésus en racines ». Des racines qui reçoivent des décorations, mais surtout tous les santons de la crèche que Jean achète tous faits et colle en terre à potier sur ses racines, pour leur donner une solidité à toute épreuve. Une passion qui le dévore depuis une vingtaine d’années ; un virus qu’il avait attrapé lors de son passage à Fribourg il y a vingt ans, alors que l’on ne connaissait rien aux marchés de Noël par ici. Un réel plaisir à faire partager ses œuvres l’espace de quatre marchés de décembre. « Je suis à Neufchâteau aujourd’hui, dimanche dernier j’étais à Sion, tout près de chez moi et je suis allé à Baccarat » confie l’exposant ravi d’être là.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site