L'homme de "Trois hommes et un couffin" sera au Trait d'Union samedi soir

On le connaît surtout dans "trois hommes et un couffin", un rôle qui lui va à ravir puisque sa question existentielle pourrait être "qu'est ce que c'est d'être un père ?". De quoi lui inspirer un nouveau spectacle.

BoujenahSamedi soir, au Trait d'Union il sera sur scène dans les "Nouveaux magnifiques". Un spectacle dépouillé où Boujenah se met lui même en scène avec ses trois papys "Juifs-Tunisiens", "les Nouveaux Magnifiques". Un spectacle humoristique teinté de fines petites épices de réflexions sur le choc des générations et la transmission du savoir. Mettant en scène Maxo, Julot et Guigui, trois grands-pères de Tunisie qui arrivent en France dans les années 63 et se demandent si, dans trois ou quatre générations, on se souviendra encore qui ils étaient, d'où ils venaient et comment ils pensaient. Maxo après une visite chez ses multiples enfants et petits enfants, décide de s'installer en Chine. Et quand Julot lui demande pourquoi il répond "parce que je me sens plus près des Chinois que de mes enfants". Perdus dans le méli mélo des alliances, des désalliances, des familles reformées, déformées, les trois grands pères sont perdus... C'est la trame d'une histoire sans cesse actuelle, et c'est pourquoi Boujenah dit : "tous les vingt ans, jusqu'à l'an 3000, je ferai une nouvelle version des Magnifiques" pour être fidèle à mes personnages et pour prouver que Maxo Boutboul avait raison de dire il y a vingt ans "tant qu'il y aura des auteurs pour nous écrire et des acteurs pour nous jouer, on sera éternels".

BoujenahSamedi soir, Boujenah proposera une heure et demie d'humour. A l'aise sur scène, avec un minimum d'accessoires : une chaise, un foulard, un vieux chapeau, le comédien dégage une énergie peu commune et parvient à occuper l'espace en sautillant et en allongeant quelques grands gestes. Il aime faire plaisir en prenant du plaisir, c'est son rôle principal, en s'agitant comme un beau diable, n'hésitant pas à rire de ses propres clowneries. Mais aussi des spectateurs installés aux premiers rangs, surtout s'ils se font remarquer. Mais toujours sans méchanceté, même si la répartie est parfois récurrente. Un artiste plein de rituel, qui aime que que son agenda se déroule chaque soir pareil ! "Sinon je ne suis pas bien !" confie Boujenah.

 

Michel Boujenah est né le 3 novembre 1952 à Tunis. C'est onze ans plus tard qu'il entre en France. A quinze ans il veut être acteur, il veut transmettre "ses émotions" et décide d'orienter ses études dans cette voie, sans se laisser décourager  par ceux qui lui reprochent son "accent". Il monte sa propre compagnie de théâtre. Il lui faudra un peu de temps pour "percer" , en attendant il s'occupe des jeunes et finit par se convaincre qu'écrire sa propre pièce pourrait être une idée. Et c'est le succès, une véritable surprise pour lui même, qui le conduira à produire un autre spectacle et là c'est la Bérézina, la défaite totale, un bide... Il doit innover et les "Magnifiques" sont un franc succès. "Trois hommes et un couffin" lui apporte un César, celui du meilleur second rôle, mais aussi de nombreux autres rôles, sans abandonner la scène.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site