Pluie et vent sur la fête de la Maladière et de la meringue

Une meringue mouillée à la Maladière

 

 

 

Non seulement il aura fallu des parapluies, mais aussi des mains fortes pour les tenir, Eole ayant décidé de faire sa fête à la Maladière, qui a bien résisté !

 

 

 

« De nombreux exposants ont déclaré forfait et ne sont pas venus, et d’autres ont remballé de bonne heure » confie Michèle Doerler qui n’en vend pas moins à tout va les tickets d’accès aux boissons, en compagnie de sa fidèle amie et dévouée Annie Poinsot. Alors que Dominique courre partout pour mettre les exposants et les visiteurs à l’aise malgré le temps pourri qui sévit à l’extérieur. Le froid du matin, la pluie torrentielle de l’après-midi et le grand vent ont fait  endosser les parkas d’hiver à l’équipe qui aide Dominique Montésinos. Tout le monde fait le dos rond dehors. D’autant que le vent en emportant un grand parasol a bien failli écraser nos deux adjointes qui attendaient l’inauguration loupée, Jeannine Sonnet et Sylvia Noizotte ont eu « la trouille ». Mais le ciel était clément quand même il n’y a pas eu de blessés.

 

 

 

Du côté des fabricants de meringues, les quatre courageux boulangers, Bastien de Neufchâteau, Bénard de Greux, Martin d’Houécourt et Sylvain Michel de Pont à Mousson n’avaient pas à se plaindre des ventes. « On a bien vendu » nous dit Mme Martin d’Houécourt qui en est à sa deuxième édition et avait quand même sorti la panoplie accrocheuse avec chapeau et tee shirt meringué. Pour tenir son auvent monté en toute hâte, elle avait accroché une corde après la voiture « au moins la voiture résiste au vent ! » rigole malgré tout la jeune femme.

 

 

 

Chez les camelots qui sont restés, c’est le même son de cloches : « bof ! On a quand même vendu, peut être pas autant que s’il avait fait beau, mais çà va ». On peut dire que la fête de la Maladière aura bien résisté aux éléments et que le public massé comme dans la salle de la Convivialité a bien profité du show qui lui était proposé. « Yolanda » Dalida et ses deux chanteuses ont  chauffé la salle en attendant la prestation de « Cloclo » Anthony Pajot et ses « pajettes » qui a fait un tabac. Un bon spectacle qui a fait oublié la pluie dehors, sauf pour ceux qui s’évertuaient à tendre le cou pour voir ce qui se passait à l’intérieur. « Ah bon y a plu ? » demande en sortant certains spectateurs encore sous le choc de la haute prestation qui leur avait été proposée.

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site