Le verdict ne sera rendu qu'en octobre, mais Rollainville a de fortes chances de garder ses quatre fleurs

Le jury national du fleurissement sur le terrain

Le jury national des Villes et Villages fleuris était de passage dans le très joli village de Rollainville, qui détient quatre fleurs.

Quatre fleurs ?
La longue visite de mardi soir a permis à Pascal Pical, président de la Confédération nationale du commerce horticole, Henri Bougue, maire adjoint de Saint Sylvain d’Anjou, Luc Behar, directeur du service nature et environnement du Parc EuroDisney et à Christine Palmiéri, chargée du cadre de vie à la mairie de Istres, de se rendre compte de la qualité du fleurissement de la commune. Un long voyage pour les jurés qui ont peiné à arriver dans l’extrême Ouest des Vosges. Un jury qui a sillonné de long en large les rues du village pour décider du sort des quatre fleurs attribuées au village au niveau national. Une commune qui ose rivaliser avec Vittel et Epinal, les deux seules villes vosgiennes qui ont quatre fleurs. Sans en avoir le même budget !

La longue visite de mardi soir a permis à Pascal Pical, président de la Confédération nationale du commerce horticole, Henri Bougue, maire adjoint de Saint Sylvain d’Anjou, Luc Behar, directeur du service nature et environnement du Parc EuroDisney et à Christine Palmiéri, chargée du cadre de vie à la mairie de Istres, de se rendre compte de la qualité du fleurissement de la commune. Un long voyage pour les jurés qui ont peiné à arriver dans l’extrême Ouest des Vosges. Un jury qui a sillonné de long en large les rues du village pour décider du sort des quatre fleurs attribuées au village au niveau national. Une commune qui ose rivaliser avec Vittel et Epinal, les deux seules villes vosgiennes qui ont quatre fleurs. Sans en avoir le même budget !

 

Du bénévolat

Rollainville n’a dépensé pour 2007 que 2 500 € pour acheter les plants. Loin de satisfaire la totalité des besoins…Alors comment font ils ? L’opération fleurissement repose exclusivement sur le bénévolat. Mais organisé de main de maître par Claire Prévot, adjointe au maire qui, avec une poignée de bénévoles (de 6 à 12) organise à la fois les semis (dans sa propre serre), les plantations, l’entretien des massifs, son arrosage. Un travail permanent qui s’étale sur l’année. « Chaque jour on a du travail » précise Claire, qui présente les lieux, en compagnie du maire Henri Guarin et de son adjoint, Philippe Emeraux. Philippe qui fait le « public-relation » pour le jury, mettant l’accent sur les retombées économiques induites par le fleurissement : « on a pu ouvrir un café associatif pendant toute la période estivale. Sans compter ceux qui viennent voir le village et s’arrêtent à Neufchâteau pour y manger après la ballade… »

Pas que des fleurs  

L’attribution des fleurs apporterait bien un peu d’économie, c’est certain, invitant chacun à l’effort collectif du village pour soigner le cadre de vie, que ce soit des lieux publics, mais aussi chez les particuliers qui se prennent au jeu. Pour cela les contraintes sont multiples, car le jury ne regarde pas que les fleurs, mais prend en compte l’environnement dans sa totalité, en fixant de nouveaux objectifs à chacun de son passage. Des fleurs, pas gagnées d’avance, mais gageons qu’une fois encore (mais nous le saurons que fin octobre) Rollainville va faire partie des nominés.

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site